Le pas gagné, mais le processus de paix est irréversible en Colombie.

 

Pressentais qu’il n’a pas été forte, et hier, je l’ai fait un tweet alerter un malaise vote pourrait agir comme il l’a fait en Angleterre, avec Brexit. Mais nous ne sommes plus étonnés quand, en comptant sur n’a pas eu lieu à elle. Enfin, il n’a pas gagné le par 50,22% contre 49,77.

Comme nous sommes arrivés ici? Le malaise qui est sortie de tels appels aux urnes, je pense, est le premier facteur. Ensuite, il y a le discours d’Uribe, en notant des concessions à leur papier, les FARC excessive, voté par de nombreuses personnes partagent. Mais le discours des églises, catholiques et protestants, qui ont défendu ouvertement, sans les paroles du Pape, à la dernière minute, il n’y a pas d’influence.

Uribe et Santos a remporté de justesse, dont la carrière est totalement joué, perdu de justesse. Qui a perdu beaucoup, cependant, sont les FARC. Susciter la haine profonde. Le 50,22% contre 49,77 en faveur et a voté contre eux. A rejeté les concessions ont été faites. Ainsi, leurs joies télévisées ont célébré la signature de l’accord comme une victoire sur l’État colombien ont fait sens fatale à beaucoup de gens qui n’ont pas fini de vote.

Tout cela pourrait conduire à une situation de collective • effondrement qui a bloqué le processus et amener le pays à une impasse. Les réactions de la nuit ont toutefois été prodigieux, en remuant une situation négative, une opportunité. Le premier à réagir positivement était pas la campagne, dirigée par le uribisme. Francisco Santos, Uribe numéro deux, n’est venu d’abord dire que le processus de paix avait été suivie et que seulement modifier certains points de l’accord.

Président Santos, après avoir reconnu la victoire de ne pas convoquer dit que ses partisans avaient pour voir quel chemin suivre. Il a expliqué que le cessez le feu était toujours en vigueur et a promis de continuer à chercher la paix. Même le chef des FARC, Timoshenko a eu une réaction positive, en disant qu’il regrettait le résultat du référendum, mais ils ont été engagés à continuer à rechercher la paix.

Dans l’ensemble, puis, une année incroyable de maturité de la part de toutes les parties, et à la fin aussi un exercice démocratique sain.

img-20161003-wa0000

Président Juan Manuel Santos.

img-20161003-wa0001

Visiter les bureaux de vote avec Paul Carrasco, président ORU fogar

Publicités

Les observateurs internationaux au plébiscite pour la paix en Colombie

 

Samedi, Octobre 1, le Conseil national électoral se réunira tous les observateurs internationaux. Un total de 200 personnes, dont des personnalités notables, parmi lesquels deux lauréats du prix Nobel Adolfo Pérez Esquivel et Rigoberta Menchu, deux anciens présidents Alvaro Colom du Guatemala et Martin Torrijos du Panama, ainsi que le président de la BID Enrique Iglesias.

Expliquer le travail avec le plébiscite et le déploiement qui a été fait pour l’organiser, avec une marge très peu de temps. 34 millions de citoyens vont voter dans 11.034 bureaux de vote.

Président Santos et nous allons aborder cette insiste, en dépit de tous les pouvoirs constitutionnels de signer cet accord avec les FARC a toujours été clair qu’il devait approuver les gens de la Colombie. Et demain, le vote ne sera pas la valeur de leur vote, comme tout autre citoyen. Dit que demain, le 2 Octobre, 2016 sera un jour historique pour décider de l’avenir et de laisser derrière le passé de la guerre.

Insiste sur la rectitude juridique et constitutionnel de l’accord, il insiste sur le fait, respecte tous les traités internationaux signés par le pays. J’ai souligné que cette correction comprend aussi beaucoup ce qu’ils ont appelé la justice transactionnelle. Affirmant que la résolution de ce conflit continent « le plus cruel et vieux », aura des effets très positifs pour la région.

Je suis bien convaincu que ces efectos positifs dans la région. Pendant des années, une grande partie du territoire n’a pas de contrôle de l’État colombien, ce qui a permis à la culture de la coca et son trafic a eu des conséquences dramatiques. Et il a ruiné rues des villes des États-Unis, de bouleverser toute la sécurité du Mexique, sans oublier qui corruput la politique à travers le continent. Avec une partie de la récolte sous contrôle, des améliorations peuvent obtenir partout.

Lors d’une réunion, les négociateurs Humberto de la Calle Sergio Jaramillo et expliquer les détails de l’accord, forgé pendant six mois de négociations secrètes et quatre années de négociations publiques à La Havane. Humberto de la Calle explique que la négociation a été abordée comme un très pratique. « Il n’a pas été convèrcer il explique à l’autre quoi que ce soit, nous voyons à quel point nous avons terminé le conflit. » Dans une vaste, comme nous l’avons soutenu, pour traiter les causes, a dû lutter contre le problème endémique de la récupération de la campagne colombienne et, par conséquent, l’accord contient une réforme agraire, mais aborde également le problème du trafic de drogue, soulevant un remplacement cultures. Le négociateur consacre également beaucoup d’attention à expliquer la façon d’aborder la question de la justice. Unis qu’il y aura un atmistia pour ceux qui peuvent être des délits, mais pas un atministia général, pour des crimes graves -de tous les PARTS- être jugés.

Sergio Jaramillo explique qui transcende la compréhension accord avec les FARC parce que, arrière-plan, posé expulser la violence est le système politique. Désigne des centaines de morts de toutes les allégeances politiques, y compris 542 conseillers, et déclare que l’accord doit veiller à ce que toutes les personnes impliquées dans la politique ne seront pas victimes de violence.

À l’écoute des négociateurs, une catégorie de personnes est inhabituel, vous vous rendez compte qu’au-delà de la rhétorique qui accompagne ces documents, l’accord est très série. Résout les problèmes qui sont la raison très simple et profonde du conflit. Il y a quelques points sur lesquels cédés aux FARC, qui semblent inacceptables pour une grande partie de l’opinion publique en Colombie. Les positions sont compréhensibles si l’on considère que beaucoup de gens ont souffert d’une violence quotidienne cruelle pendant de nombreuses années. Si vous voulez la paix, mais doit toujours donner. De ce point de vue, le président Santos a un énorme mérite. Si l’écoute de De la Calle Jaramillo et découvrez d’accord très bien conçu, en écoutant le président Santos réalise qu’il y avait une ouverture et de générosité très important. Une ouverture que vous souhaitez pour beaucoup d’autres latitudes.

Dans tous les cas, seule une agitation dans l’air: le référendum, au lieu de valider ou non un accord peut être une occasion très importante pour les citoyens d’exprimer leur mécontentement. Nous espérons que le référendum ne passe pas le succeeir colombien que le référendum britannique sur Brexit.

 

 

img_4660

Avec Paul Carrasco, président ORU Fogar, saluant Adolfo Pérez Esquivel, Prix Nobel de la Paix en 1980.

fullsizerender

Avec Humberto de la Calle, négociateur en chef de l’accord avec les FARC.

fullsizerender-1

Avec l’ancien sénateur Piedad Córdoba, vieille connaissance qui avait visité plusieurs fois à Barcelone. Elle a été le premier à parler de paix avec les FARC, qui a été désactivé.

Les difficultés des gouvernements intermédiaires pour lutter contre le changement climatique

IMG-20160901-WA0000Sommet sur le changement climatique II des Amériques.

Jalisco, Mexique 31 Août ici 2016.

Depuis mon état ORU FOGAR Secrétaire général, d’office, je félicite l’État de Jalisco et son gouverneur pour mettre les gouvernements régionaux-sous-intermédiaire dans le centre de la lutte contre le changement climatique. Pour ceux qui travaillent avec ces gouvernements, il est tout à fait évident que les gouvernements sont des intermédiaires clés dans cette guerre. Les gouvernements centraux devraient légiférer et créer des cadres politiques favorables. Les tâches qui peuvent atténuer le réchauffement climatique sont, cependant, essentiellement les régions, les provinces ou les États fédérés. L’aménagement du territoire, la mobilité, le développement des infrastructures et le développement régional sont les compétences du gouvernement intermédiaire.

Il est réconfortant, d’autre part, l’écoute d’un représentant de l’ONU, comme Patricia Espinosa, Secrétaire exécutif du Secrétariat sur les changements climatiques, faisant clairement le rôle de la reconnaissance du gouvernement intermédiaire. Il n’a pas toujours été le cas et il est pas toujours ainsi.

À ce stade, je dois attirer l’attention, cependant, sur le fait que, en dépit d’être les gouvernements les plus bien posicionados- intermédiaires ne sont pas toujours les instruments nécessaires. Très souvent, ils ne disposent pas suffisamment de compétences ou quand ils ont les avoir aucun cadre juridique clair. Pour mettre la pire fin de l’Amérique latine, au Chili, il y a des conseils régionaux élus par les citoyens, mais avec un rôle purement consultatif. Qui a le pouvoir régional est un préfet nommé par le gouvernement central.

Ce que la plupart angoisse aujourd’hui, de toute façon, aux gouvernements intermédiaires à travers le monde est le manque de financement adéquat de ses pouvoirs. Dernière Avril, à Rio de Janeiro, notre réunion a été un cri de gouvernements intermédiaires de toutes les latitudes exigeant un financement adéquat.

Les gouverneurs du Paraguay ont dénoncé amèrement que seulement 2% des budgets publics ont été régionalisé. Colombiens a expliqué l’étranglement financier qui les représentent ont été que la taxe sur les boissons alcoolisées. Le gouverneur de Rio, Amfitrion, maintenant en faillite, a souffert dans ces jours, les manifestations de retraités pour non-paiement des pensions. Marocaine, sénégalaise, Kenyans, costaiborianos est également de l’insuffisance des ressources se plaignait. Et, ce qu’il faut dire, en Espagne. Il n’y a plus le cri de la Catalogne dénonçant la «suffoquer fiscale» à laquelle il est soumis. Aujourd’hui, Valence et les îles Baléares soulevées dans des termes très similaires qui ne disposent pas de ressources pour payer les services des pouvoirs qui leur sont assignées.

Ce problème de la répartition des ressources a toujours été un sujet de grand débat, souvent des tensions entre les gouvernements centraux et régionaux. La crise, cependant, a aggravé le problème. Avec frencuencia inhabituelle, les gouvernements centraux ont profité de l’absence générale de ressources pour recentralisation, souvent des compétences, presque toujours le financement. Et dans une explication délicate, ils ont coupé les ressources au gouvernement intérimaire, que les Etats fédéraux, les provinces, les régions ou préfectures vers une plus grande efficacité.

Hier, dans la salle dédiée à la coopération, tout le monde se plaint que la coopération internationale se déplaçait de donateurs aux bénéficiaires états centraux états centraux, mais sans gouvernements jeu intermédiaire.

Et à ce stade, nous devons nous demander: peut les gouverneurs du Paraguay lutter contre le changement climatique à 2% des ressources du pays? Cette politique de transports en commun, le gouvernement de Rio quand vous ne pouvez pas payer les pensions des retraités? Et Catalunya, par les capacités, la volonté politique, peut être un chef de file parmi les gouvernements intermédiaires sur la question du changement climatique, mais quelles ressources peut vous affecter si vous devez couper des moyens, par exemple dans les hôpitaux et la liste d’attente patients accumulent?

Je pense qu’il est approprié que, dans des forums comme celui-ci, soyons clairs. Tout ce que vous expliquez ici peuvent être en belles paroles ou, au mieux, dans une volonté politique naïve, si nous ne sommes pas en mesure de résoudre ce problème qui, quand la vérité se noie les gouvernements intermédiaires. Et avouons aussi tout en donnant la priorité à l’urgence, le front important. Ainsi, seules les ressources pour lutter contre le changement climatique alors que le reste a été pris en charge, pourquoi empêcher le réchauffement climatique, aujourd’hui, toujours pas servi dans la plupart de nos pays pour gagner les prochaines élections sont dédiées.

De ORU Fogar et l’étendue de nos possibilités, nous aidons nos membres à remédier à cette situation. Nous avons soutenu nrg4SD et nos membres ont signé Régions Adapt, donnant une méthodologie et des moyens pour gérer les politiques de contrôle des changements climatiques. Nous soutenons également nos membres à faire, des projets multilatéraux notamment européens, leur permettant de financer des projets. Et bien récemment, avec R-20, nous avons un accord avec la Fondation Leonardo DiCaprio va nous permettre de financer le changement climatique projets 10 régions membres ORU FOGAR. Pendant ce temps, essayez que si la coopération des Etats centraux contourne le territoire, la coopération décentralisée, les régions européennes, si le passage à travers les régions où elle est nécessaire.

Tout cela, cependant, resuta anecdotique contre l’abîme qui est le manque de ressources des gouvernements intermédiaires pour répondre aux besoins. Et nous crions à être très difficile pour les Gobienos intermédiaires font la politique de lutte contre le changement climatique si nous ne disposons pas de suffisamment de ressources. Et tandis que chaque région ou groupe national des régions devraient voir comment ce débat avec leur gouvernement central respectif, ORU Fogar devrait projeter dans tous les forums possibles, il se pose. En ce sens, je me retrouve avec un ordre très spécifique et à une personne très spécifique. Nous demandons Patricia Espinosa, tandis que représentant de l’ONU, après avoir entendu leur complicité pour nous de nous inclure dans son discours une mention très spécifique faisant référence -a évidence que la lutte contre le changement climatique gouvernements infranationaux ils ont besoin de fonds suffisants.

Les régions cherchent des réponses communes au Changement Climatique

Des représentants de régions et villes de tout le monde ont assisté au Sommet Mondial sur le Climat et Territoires les 1 et 2 juillet à Lyon, dans la région Rhône-Alpes, membre de l’ORU. Il s’agit d’une des principaux rendez-vous au niveau mondial en matière de lutte contre le changement climatique. L’objectif principal de l’événement, préparatoire de la COP21, était de définir les nouveaux mécanismes et engagements sur la base d’une approche territoriale et régionale pour faire face aux changements climatiques et parvenir à la réduction des émissions de carbone à l’horizon 2020.

L’ORU a participé au Sommet au moyen de l’organisation d’un atelier d’Agriculture, ensemble avec le Réseau des Organisations Paysannes & de Producteurs de l’Afrique de l’Ouest (ROPPA), qui a reçu un appui vigoureux de la FAO et de Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières – Association de Solidarité Internationale pour les Agricultures Paysannes et Familiales (AVSF). L’objectif de l’atelier, qui a eu lieu le 2 juillet, était de parvenir à un consensus sur l’adoption d’un plan d’action territorial avec des propositions fortes, transversales et globales pour le développement rural et agricole.  L’une des questions qui inquiètent le plus est l’exode rural, qui cause un dépeuplement critique des zones rurales et une urbanisation accélérée des villes.  « En 2050, selon les prévisions, 80% de la population habitera dans les villes », a exprimé le secrétaire général de l’ORU, Carles Llorens, « il est donc nécessaire de travailler pour enrayer l’exode et équilibrer les territoires ».

L’engagement de l’ORU avec les décisions prises au Sommet Mondial sur le Climat et Territoire s’est traduit par la signature de laDéclaration Générale: « Établissement d’une action territoriale en réponse au défi climatique ». Signée par 50 organisations en représentation des gouvernements régionaux et locaux, parmi lesquelles l’ORU Fogar et plusieurs de ses membres, elle est devenue la déclaration plus largement soutenue présentée à ce jour par des acteurs non-étatiques. D’autres membres de l’ORU ont participé au Sommet, comme nrg4SD, le Gouvernement de l’état de Rio de Janeiro, ARF, AIRF, la région de Champagne-Ardenne et les gouvernements de la Catalogne et du Pays Basque. Parmi les conclusions générales de l’évènement il faut  souligner la nécessité de mobiliser les acteurs non-étatiques dans la prise de décisions et dans la direction de nouvelles initiatives pour faire face aux changements climatiques. L’action locale, régionale et territoriale est essentielle pour réussir à créer des scénarios possibles et réels afin de stabiliser le climat.

L’ORU se prépare pour le Bureau Montevideo 2015

Le Secrétariat Général de l’ORU s’est entretenu les 8 et 9 juin derniers avec le Congreso de Intendentes(Conseil des Préfets) de l’Uruguay pour entamer les préparatifs du prochain bureau exécutif de l’ORU, qui se tiendra à Montevideo les 24 et 25 septembre. Étant donné que l’événement sera accueilli par le Congreso de Intendentes, la rencontre a réuni dans la salle plénière du Congrès le secrétaire général de notre organisation, Carles Llorens, et une partie des membres duConseil: le conseiller politique Humberto Castro, le directeur de l’Unité des Relations Internationales et Coopération, Jorge Machado, et le secrétaire de la même Unité, Nicolás Canessa, ainsi que l’ambassadeur Jorge Seré, qui a assisté en représentation du Ministère de Affaires Extérieures.

L’une des questions abordées pendant la rencontre est la proposition des hôtes de tenir un séminaire  parallèle sur des expériences transfrontalières globales. Intitulé « Les politiques transfrontalières des gouvernements intermédiaires”, le séminaire aura lieu le 25 septembre dans le cadre du Bureau, et  bénéficiera de la participation de gouverneurs des provinces de l’Argentine, des états du Brésil et des départements du Paraguay et de la Bolivie. En outre,  il permettra de rendre compte des expériences européennes en matière de politiques transfrontalières, avec la présence de présidents régionaux de l’Europe, et du Secrétariat Général de l’Association de Régions Frontalières Européennes (ARFE), membre de l’ORU.

Dans le but de commencer à définir le programme du séminaire, le Secrétaire Général de l’ORU s’est rendu au Ministère d’Affaires Extérieures de l’Uruguay où il a rencontré César Ferrer, directeur général du Département de Gestion Frontalière, Limitrophe et Maritime,  ainsi que d’autres gouverneurs qui prendront part au séminaire comme M. José Ivo Sartori, gouverneur de l’État brésilien de Rio Grande do Sul.