Les régions cherchent des réponses communes au Changement Climatique

Des représentants de régions et villes de tout le monde ont assisté au Sommet Mondial sur le Climat et Territoires les 1 et 2 juillet à Lyon, dans la région Rhône-Alpes, membre de l’ORU. Il s’agit d’une des principaux rendez-vous au niveau mondial en matière de lutte contre le changement climatique. L’objectif principal de l’événement, préparatoire de la COP21, était de définir les nouveaux mécanismes et engagements sur la base d’une approche territoriale et régionale pour faire face aux changements climatiques et parvenir à la réduction des émissions de carbone à l’horizon 2020.

L’ORU a participé au Sommet au moyen de l’organisation d’un atelier d’Agriculture, ensemble avec le Réseau des Organisations Paysannes & de Producteurs de l’Afrique de l’Ouest (ROPPA), qui a reçu un appui vigoureux de la FAO et de Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières – Association de Solidarité Internationale pour les Agricultures Paysannes et Familiales (AVSF). L’objectif de l’atelier, qui a eu lieu le 2 juillet, était de parvenir à un consensus sur l’adoption d’un plan d’action territorial avec des propositions fortes, transversales et globales pour le développement rural et agricole.  L’une des questions qui inquiètent le plus est l’exode rural, qui cause un dépeuplement critique des zones rurales et une urbanisation accélérée des villes.  « En 2050, selon les prévisions, 80% de la population habitera dans les villes », a exprimé le secrétaire général de l’ORU, Carles Llorens, « il est donc nécessaire de travailler pour enrayer l’exode et équilibrer les territoires ».

L’engagement de l’ORU avec les décisions prises au Sommet Mondial sur le Climat et Territoire s’est traduit par la signature de laDéclaration Générale: « Établissement d’une action territoriale en réponse au défi climatique ». Signée par 50 organisations en représentation des gouvernements régionaux et locaux, parmi lesquelles l’ORU Fogar et plusieurs de ses membres, elle est devenue la déclaration plus largement soutenue présentée à ce jour par des acteurs non-étatiques. D’autres membres de l’ORU ont participé au Sommet, comme nrg4SD, le Gouvernement de l’état de Rio de Janeiro, ARF, AIRF, la région de Champagne-Ardenne et les gouvernements de la Catalogne et du Pays Basque. Parmi les conclusions générales de l’évènement il faut  souligner la nécessité de mobiliser les acteurs non-étatiques dans la prise de décisions et dans la direction de nouvelles initiatives pour faire face aux changements climatiques. L’action locale, régionale et territoriale est essentielle pour réussir à créer des scénarios possibles et réels afin de stabiliser le climat.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s